Frida, l’enfant tragique de Mexico CDMX

La trajectoire de Frida Kahlo est unique dans l’histoire de l’art et dans l’histoire du Mexique. Enfant marquée par un destin tragique, Frida Kahlo est la figure même de la persévérance et de la recherche du bonheur, envers et contre tous.

Frida Kahlo naît en juillet 1907, dans une banlieue de Mexico. Enfant, elle est d’abord atteinte de la polio, puis victime d’un grave accident de la route, qui la laisseront handicapée de la jambe droite, du bassin et de la colonne vertébrale. La longue immobilité forcée qu’elle subit suite à son accident la pousse s’intéresser encore plus à la peinture, une discipline à laquelle l’avait initiée son père mais qu’elle ne pratiquait pas encore avec assiduité.

Politiquement engagée (elle ira même jusqu’à tricher sur sa date de naissance pour adopter l’anniversaire de la révolution mexicaine, le 7 juillet 1910), Frida Kahlo voue un amour sans borne à ce pays qui sort à peine d’une révolution et qui doit trouver son âme. Femme de tête et de conviction, elle s’inscrit au parti communiste mexicain et milite pour le droit des femmes mexicaines, prisonnières d’une société largement machiste.

Son parcours artistique l’amène à rencontrer en 1928 Diego Rivera, l’un des artistes muralistes les plus en vue de son époque. De vingt ans son aîné, Diego Rivera sera fortement impressionné par cette jeune femme et par la sensualité qui émanait déjà de son œuvre naissante. En 1929, Frida et Diego se marient. Ils vivront une vie de couple compliquée, souvent torturée, mais toujours passionnée.

Après un séjour de quelques années aux États-Unis, elle revient s’installer au Mexique, mais sans Diego, qui ne la rejoindra que plus tard. Son oeuvre prend au cours de ces années la dimension autobiographique qu’on lui reconnaît aujourd’hui. En effet, près du tiers de sa production artistique sera constitué d’autoportraits. La renommée et l’aura de Frida déborde largement des frontières du Mexique. Elle rencontre Trotski, en exil à Mexico, dont elle devient momentanément la maîtresse. Elle croise aussi André Breton, en voyage officiel au Mexique qui, subjugué par l’énergie vitale qui émane de la jeune artiste, dira d’elle «l’art de Frida Kahlo de Rivera est un ruban autour d’une bombe».

En 1938, après 9 ans d’une union pour le moins tumultueuse, Diego et elle divorcent… pour se remarier deux ans plus tard. Frida souffre de plus en plus de ses différentes blessures et son état empire année après année. Elle tente différents traitements, quelques opérations, mais rien n’y fait vraiment. Au début des années 50, à la suite d’une série d’opérations, elle est définitivement clouée au lit, d’où elle continuera portant toujours à peindre.

En 1953, pour soulager sa souffrance, on l’ampute de sa jambe droite, ce qui la plonge dans une profonde dépression. Son état global continue d’empirer jusqu’à sa mort le 13 juillet 1954, des suites d’une pneumonie contractée à cause de son état de faiblesse généralisé.

Le 14 juillet, elle est incinérée, car elle avait refusé de passer l’éternité couchée, ayant trop souffert dans cette position.

Le destin tragique de Frida, sa vie passionnée, sa souffrance et la vivacité dramatique de son oeuvre picturale ont fait de la jeune fille l’une des figures emblématiques du Mexique, mais plus encore un personnage aux dimensions dramatiques d’une incroyable richesse, célébrée aujourd’hui tant pour son œuvre que pour sa vie intransigeante ou sa présence incendiaire.

PLUS DE LECTURE

Nous venons de mettre à jour notre politique de confidentialité